Un grand merci!

Publié le par Cécile

Dix ans déjà que le diagnostic d'Adam a été posé et onze ans de prises en charge, ça se fête!

En cette journée mondiale de l'autisme, je tenais à remercier :

- la pédiatre qui m'avait expliqué des mois durant que je me faisais des idées sur le développement de mon fils car tous les enfants ont un développement différent,

- la même qui cochait systématiquement "RAS" sur le carnet de santé et qu'Adam répondait à son prénom,

- le psychiatre qui m'avait dit qu'il suffisait de me regarder pour comprendre qu'Adam avait des problèmes,

- le même qui m'expliquait, séance après séance de psychanalyse, que mon fils de trois ans lui parlait avec un proto langage (comprenez que s'il ne parlait pas avec sa mère, le problème était identifié),

- l'orthophoniste du CMPP, alors que je l'avais interrogé sur le principe de séances individuelles d'orthophonie, qui m'avait expliqué qu'il fallait attendre le désir d'Adam de parler avant de mettre en place quoi que ce soit,

- les professionnels d'obédience psychanalytique qui m'ont affirmé qu'il ne fallait surtout pas forcer Adam à devenir propre puisqu'il ne pouvait pas supporter de voir une partie de son corps partir avec la chasse d'eau,

- la directrice de la crèche qui m'avait convoquée une semaine après l'admission d'Adam pour me traiter de menteuse car je lui avais caché la maladie de mon fils,

- la même qui m'avait dit que je devais arrêter de travailler autant si je voulais que mon fils aille mieux,

- la première psychologue scolaire qui m'avait fait passer le message de me faire suivre par la psychomotricienne (si vous avez vu le sketch de Gad Elmaleh, vous aurez tout de suite compris l'allusion),

- un autre psychologue scolaire qui m'avait vanté les mérites du SESSAD de Créteil, parfaitement adapté aux besoins d'Adam par rapport à l'école,

- certains membres de la communauté éducative qui prétendaient qu'Adam avait toute sa place en IME puisqu'il était en souffrance à l'école maternelle,

- l'une des chefs de service de l'hôpital Robert Debré qui m'avait suggéré de changer d'urgence de cabinet de psychologie en me plaignant à la big boss car ses rapports sur Adam étaient mensongers, mon fils étant incapable de faire ce qui y était consigné.

Je dis un grand merci à tous ses professionnels de la petite enfance qui m'ont montré le chemin à ne pas suivre. J'ai souvent été seule à prendre des décisions dont j'ignorais si elles seraient bonnes ou non pour mon fils mais je lui ai toujours fait confiance, parfois envers et contre tous. Si j'avais suivi ces conseils avisés, Adam serait très certainement en structure, pas forcément propre et peut être mutique (et moi en psychanalyse depuis 10 ans !) alors qu'il est aujourd'hui en CM2 et va rentrer en 6ème dans le collège de secteur à la rentrée prochaine.

Je profite surtout de ce billet pour remercier celles et ceux qui ont croisé le parcours d'Adam et ont pris le temps d'apprendre à le connaître : les enseignantes de la CLIS et de la classe de CE1 où Adam était inclus, les enseignants de son école actuelle et toute l'équipe de façon générale, sa psychologue référente et tous ses accompagnants à l'école. Sans eux, rien n'aurait été possible.

Enfin, un grand merci à ma famille et à ceux de mes amis qui ne m'ont pas fermé la porte après avoir appris qu'Adam était autiste.

Commenter cet article