"Si seulement je pouvais lui manquer"

Publié le par Cécile

Lorsqu'Adam était bébé, son papa s'occupait de lui beaucoup plus souvent que moi, qui n'arrivais pas à le comprendre. Au fil des mois, j'ai appris à décrypter le comportement atypique d'Adam et la tendance s'est progressivement inversée. Je crois avoir noué un lien très fort avec mon fils.

Les relations actuelles d'Adam avec son papa, c'est une autre histoire.

Certainement trop difficile d'avoir un enfant autiste.

La plupart du temps, la venue d'un enfant handicapé pertube fortement un couple. En général, il y a deux solutions : soit le couple se soude encore plus pour faire face à la situation, soit il explose. Le mien a fait partie de la deuxième catégorie.

Peu à peu, Adam et son papa se sont éloignés l'un de l'autre. Aujourd'hui, quand Adam voit son père, il lui répète en boucle "au revoir, Papa".

Je me souviens que lorsqu'Adam a commencé à marcher, il venait me chercher pour me prendre par la main et m'emmener devant l'objet qu'il désirait. Incapable de pointer du doigt à cette époque et non verbal (pas même de gazouillis), c'était sa seule forme de "communication" et elle a duré longtemps. Son papa ne s'est jamais prêté au "jeu".

Plus tard est venu le temps des reproches à mon encontre : "mais cesse donc de faire des recherches sur Internet, Adam n'est pas autiste, c'est n'importe quoi".

Quand finalement le diagnostic a été posé, la culpabilisation a été de mise : "personne n'est autiste chez moi, ça vient forcément de ta famille".

A force de petites phrases, de non-dits et d'absence de participation pour les prises en charge, le fossé s'est creusé entre Adam et son père et entre son père et moi-même.

Le papa d'Adam a voulu fuir cette réalité, sûrement trop difficile à gérer ... en jouant. Tous les soirs, avec un casque sur la tête et un micro, il restait devant l'ordinateur à jouer en ligne jusqu'à une heure très avancée. Parfois, je me demandais lequel d'Adam ou de lui était le plus autiste : le fils, atteint d'un TED ou le père, se réfugiant dans un monde virtuel.

Ce qui devait arriver arriva, le divorce.

A présent que chacun vit chez soi, Adam n'est encore jamais allé passer une nuit chez son papa. Axel, si.

Certainement trop compliqué à organiser (pardon, à assumer).

Ce vendredi soir, j'ai déposé Axel chez son père. Adam a eu droit à un simple bonjour, pas de bisou parce qu'il faisait froid et nous sommes repartis à la maison, passer le week end tous les deux.

Adam devra peut être apprendre à se construire sans son papa, un papa qui n'est pas absent puisqu'il s'occupe de son frère aîné. Comment trouver les mots justes pour lui expliquer la situation ? Mon excuse est que nous devons aller au cirque tous les deux le samedi matin et qu'Axel ne peut pas venir avec nous. Mais combien de temps vais-je pouvoir me réfugier derrière cette explication ?

Si seulement Adam pouvait manquer à son père ...

Publié dans Histoire de famille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

groda et ptitsa 20/01/2010 08:29


ah la la....c'est tellement plus facile pour lui.....la pupart des homme sont des laches....

Bravo pour le blog, bravo, bravo....je t'admire.Je n'ai pas osé fair eun aurte enfant après Julien...trop rsiqué, surtout en France


Cécile 20/01/2010 09:35


C'est un ait que beaucoup de papas ont tendance à prendre la poudre d'escampette avec un enfant handicapé. En plus, tout ce qui relève de la psychologie ou la psychiatrie ne doit pas du tout être
vu de la même façon en Turquie; en tout cas je le pense (le papa est turc). Moi non plus, je ne pense pas avoir un autre enfant après Adam. Comme il est le cadet, j'en ai deux mais cela me semble
risqué vu le risque d'autisme accru. Beaucoup de courage, j'ai commencé à lire ton blog mais ça ne va pas très vite car je suis très sollicitée à la maison ... Tu dois connaître cela. Bonne
journée.


Annie v 13/01/2010 22:18


Hep, dis donc c'est la mienne aussi.......comme quoi quand les bons esprits se rencontrent........

Et comme dis CARREFOUR : le positif est de retour ;D


Cécile 14/01/2010 19:18


C'est sûr.
En plus, Adam connaît bien Carrefour. Dès qu'on arrive à proximité du magain, il dit "Carrefour". Ah cette société de consommation ...


Annie v 13/01/2010 21:51


;D


Annie v 13/01/2010 21:50


YES................


Cécile 13/01/2010 21:55


Ma devise, toujours rester positive (même si ce n'est pas facile tous les jours ;-)


Annie v 13/01/2010 21:21


Juste un petit mot pour te souhaiter bon courage car pas facile de mener la barque toute seule........
Je souhaite très sincèrement que le papa d'Adam prenne conscience que son fils a besoin de lui......... autant que lui à besoin d'Adam........
J'ai été très émue par ton message.........j'espère que tout ceci va s'arranger au mieux pour toute ta famille


Cécile 13/01/2010 21:47


Merci Annie. Comme je suis de nature optimiste, nul doute que tout rentrera dans l'ordre prochainement ...