Noël blanc

Publié le par Cécile

« Oh ! Quand j’entends chanter Noël

J’aime revoir mes joies d’enfant

Le sapin scintillant, la neige d’argent

Noël mon beau rêve blanc

Oh ! Quand j’entends sonner au ciel

L’heure où le bon vieillard descend

Je revois tes yeux clairs, Maman

Et je songe à d’autres Noëls blancs »


Lorsque j’étais enfant, Noël, c’étaient les vacances à la neige, à Tignes, où nous partions tous les ans avec mes parents, mes sœurs et mon frère. C’était le ski, les bonhommes et les boules de neiges, la retraite aux flambeaux le 24 décembre et le réveillon avec mon oncle, ma tante et mes cousins, tous réunis autour d’une bonne table.


Noëls magiques, pleins de souvenirs, l’un des moments de l’année que j’attendais avec le plus d’impatience.


Quand Axel est né, un mois avant Noël 2001, il était trop petit pour se précipiter sur les cadeaux mais dès Noël 2002, il avait déjà de grands yeux émerveillés, rivés sur le sapin et les cadeaux.


Noël 2003, Axel me demande la permission d’ouvrir les cadeaux de son petit frère, encore trop petit pour les prendre au pied du sapin et de les déballer à sa place. Adam n’a que 6 mois, bien sûr qu’Axel peut s’offrir ce plaisir supplémentaire.


Noël 2004, Adam ne s’intéresse pas du tout aux cadeaux que son frère vient de découvrir le matin du 25 décembre.  Rien ne semble l’intéresser sauf détruire les boules en verre du sapin de Papy et Mamie. Nous avons installé un « cordon sanitaire » autour de la crèche pour éviter la casse des santons. Axel jubile, cette année encore, il peut ouvrir tous les cadeaux.


Noël 2005, Axel est content. Comme Adam n’essaie même pas de déballer le cadeau qu’on lui a mis entre les mains, c’est donc lui qui s’occupe de tout ouvrir, une nouvelle fois. D’ailleurs, Adam manifeste tellement peu d’intérêt pour ce qu’il se passe autour de lui que cette année, j’ai emballé tous les cadeaux en sa présence, le soir, puisqu’il ne dort pas la nuit. Nouveaux bris de boules sur le sapin. On les a remplacées par des boules en plastique.


Noël 2006. Noël, ce n’est vraiment pas le truc d’Adam. La décoration, le sapin, tout cela lui passe au dessus de la tête. Seuls les chants de Noël semblent trouver grâce à ses yeux. Je pars à Tignes avec Axel pendant que mes parents emmènent Adam chez ma sœur, Valérie, à Villeneuve-lès-avignon. C’est mon premier Noël sans Adam. A notre retour, Axel doit ouvrir les cadeaux de son frère qui attendent sous le sapin sans parvenir à comprendre la raison pour laquelle Adam est totalement désintéressé par ce moment si important pour lui.


Noël 2007, nous partons avec mes parents, Axel et Adam à Tignes. Nous avons emporté les plus petits cadeaux pour le 24 décembre car nous rentrons en train. Nouveau Noël et nouveau fiasco. Encore une année où Axel fait le plein dans l’ouverture des cadeaux.


Noël 2008. Nous sommes à Tignes et je sens un frémissement. Adam a vu le Père Noël, qu’il a reconnu et qui lui a rendu visite dans l’appartement, le 24 décembre au soir. Avec Axel, il a été très impressionné de cette visite ! De là à franchir le pas et à ouvrir les cadeaux, il ne faut pas exagérer mais il a fait un net progrès.

 

DSC03638.JPG

 


Préparation Noël 2009. Lorsque nous avons remonté notre Père Noël lumineux de la cave avec Axel, Adam m’a spontanément parlé des cadeaux et ensuite de la liste (des cadeaux). Il dit bonjour et bonne nuit au Père Noël. Il observe les guirlandes et a même participé pour la première fois au défilé aux lampions organisé par notre commune. Il apprend par coeur « Petit Papa Noël » et « Noël blanc ».

Je croise les doigts pour que cette année, Noël soit vraiment un moment magique pour Adam et qu’il vive enfin son premier Noël blanc.

Publié dans Histoire de famille

Commenter cet article