Journée mondiale de l'autisme

Publié le par Cécile

2-avril-journee-mondiale-de-sensibilisation.jpgAujourd’hui, samedi 2 avril 2011, c’est la journée mondiale de l’autisme. L’occasion pour moi de rappeler que seuls 20% d’enfants autistes sont scolarisés à l’heure actuelle, malgré la loi du 11 février 2005, faute de moyens la plupart du temps. Il y a en effet peu d’enseignants qui sont hostiles par principe à leur scolarisation. Je n’en ai croisé qu’un seul depuis l’entrée à l’école d’Adam en 2006.

Au regard de ses statistiques, je mesure la chance de mon fils d’être scolarisé à plein temps depuis 4 ans, avec une assistante de vie scolaire à ses côtés à raison de 20 heures par semaine en maternelle. En réalité, il est le seul des enfants que je connais à avoir pu bénéficier de telles dispositions, les autres n’ont pu (et ne peuvent encore) aller à l’école que par demie journée.

Depuis le début des prises en charge d’Adam, c’était il y a 6 ans, j’ai croisé la route de bien des enfants autistes. Certains n’ont toujours pas acquis la propreté ou l’usage de la parole. Certains ont quitté l’école très précocement : à peine rentrés, sitôt sortis pour aller soit en IME, soit à la maison, gardés par leur mère qui a dû cesser toute activité professionnelle. Certaines mamans se consacrent intégralement à leur(s) enfant(s), les stimulant par le jeu, les activités adaptées… Elles se reconnaitront sûrement.

Mon fils, classé parmi les autistes sévères avec déficience mentale profonde, sait désormais lire (il a appris en 6 mois), est en train de finir d’apprendre à écrire en cursive. Il fait ses exercices en classe sans difficulté particulière. Il est propre de jour comme de nuit et sait exprimer ses besoins élémentaires verbalement. Ce qui pêche encore essentiellement, ce sont ses troubles du comportement même s’ils ont considérablement diminué ces dernières années, tout du moins à la maison qui est un cadre nettement moins contraignant que le milieu scolaire.

Je reste persuadée que l’école lui a permis un développement qu’il n’aurait jamais atteint s’il était resté à la maison ou s’il avait fréquenté un IME dès sa moyenne section de maternelle, comme le voulait son enseignante. J’ai refusé et nous avons enduré une année très difficile Adam et moi mais je ne regrette pas ce choix. La scolarisation en milieu ordinaire lui a été salutaire.

Les enseignants ne disposent pas des moyens leur permettant d’accueillir les enfants autistes dans de bonnes conditions : classes surchargées, pas ou peu de formation des enseignants, AVS sous payées et pas formées notamment. C’est certainement la raison pour laquelle seulement 18% des enseignants (contre 23% des familles) pensent que les enfants autistes ont leur place à l’école selon une étude publiée récemment dans le journal Métro.

Tout est en place pour conduire à un échec de la scolarisation des enfants autistes alors que les dernières statistiques sur leur nombre d’enfants souffrant d’un trouble envahissant du développement sont inquiétantes : 1 naissance sur 150 pouvait-on lire ces dernières années. Le chiffre serait abaissé à 1 naissance sur 100 désormais, voire 1 sur 70 en comprenant l’ensemble du spectre autistique.

A quand le changement ? Certainement pas dans les prochains mois. Dans l’académie de CRETEIL, celle de notre domicile, il était annoncé 98 fermetures de classes, ce qui signifie des classes à effectifs surchargés, trop importants pour pouvoir accueillir dans de bonnes conditions les enfants porteurs de handicap.

L’école d’Adam, qui dépend de l’académie de VERSAILLES, va perdre une classe à la rentrée scolaire. Cela veut dire que l’inclusion des enfants de la CLIS va être remise en cause : comment une enseignante pourrait-elle gérer 30 enfants, dont l’un nécessitant une attention toute particulière sans moyens ?

Il est temps de répondre aux besoins spécifiques des élèves porteurs de handicap et nous n’en prenons malheureusement pas le chemin.

Publié dans Handicap

Commenter cet article

virginie 05/05/2011 08:58


Coucou Cécile alors comment vas tu et tes enfts ça va??

Bon courage à toi!!


Cécile 08/05/2011 22:35



Beaucoup de travail Virginie mais ça va. Et toi ?



jean-jacques dupuis 09/04/2011 03:16


Un petit coucou en passant ... je suis venu faire un tour sur le blog.

Et oui la scolarisation est un combat pour les enfants différents mais d'une part elle est inscrite dans la loi et d'autre part les parents (certains) montent au front.

Ce qui va naturellement créer une jurisprudence ...

Quant aux mentalités ... c'est sur le long terme ...


Coralie 06/04/2011 23:43


Merci de votre soutien mais honnêtement je n'y crois pas beaucoup, ça fait déjà 7 mois qu'on bataille pour cette AVS et le passage en commission en Maine et Loire est loin d'être une garantie de
réussite... Enfin, on verra, au moins je me dis que j'aurais tenté le maximum!


Laurence 06/04/2011 22:36


@ Coralie : Je croise les doigts pour vous!!


Cécile 06/04/2011 22:39



Oui, j'espère vraiment que cela aller pour Dorian (Adam et lui ont le même âge et à peu près le même parcours jusqu'à présent).



Laurence 06/04/2011 22:34


Merci Agnès.
Mon mari et moi nous avons suivi une formation Pecs. Lorsque nous avons dit ça au pédopsy du CAMSP, il nous a demandé pourquoi... Ca a été la goutte d'eau qui nous a décidé à fuir!!! Au SESSAD,
Yoan a une orthophoniste qui vient d'être formée au Pecs. Nous sommes enfin sur la même longueur d'onde!!