Histoire sans paroles

Publié le par Cécile

C'était au troisième trimestre 2006, l'éducatrice de la crèche m'avait demandé de passer dans le bureau de la directrice pour me montrer les photographies d'Adam, prises par le photographe. Photo individuelle et photo collective, comme à l'école !

J'ai regardé rapidement la photo de groupe et lui ai rendu. Je ne pouvais pas la prendre. Adam était flou, il avait certainement dû faire des flappings tandis que tous les autres enfants regardaient l'objectif en souriant.

La photo individuelle était plutôt réussie, Adam regardait bien droit devant lui, en esquissant un sourire. "Celle là, je la prendrai", lui avais-je dit.

"C'est vrai qu'il est beau, vous l'avez bien réussi votre fils", voilà quelle avait été sa réponse.

Je me suis pincée les lèvres et je suis sortie sans dire un mot du bureau, pour pleurer dans le couloir.

Bien réussi, mon fils autiste, quelle mauvaise plaisanterie!


crecheAdam-020.jpg
Le temps a passé, plus de trois ans maintenant.

C'est vrai qu'il est beau et bien réussi mon fils.

Mon regret, c'est de ne pas avoir acheté la photo de groupe, celle où il était flou car Adam, c'est tout à la fois ce petit garçon qui regarde parfois l'objectif et parfois non, qui bouge ou qui reste droit face à l'appareil.

Avec le recul, je m'aperçois qu'en sélectionnant les photographies d'Adam et ne gardant que celles où je le trouvais bien, je tentais vainement et à tout prix de gommer "l'a-normalité" de mon fils.

Publié dans Histoire de famille

Commenter cet article