Femme au bord de la crise de nerfs

Publié le par Cécile

Au risque de choquer certains, je le dis tout net : j’étais bien contente de revenir travailler et de passer le mois d’août seule, sans mes enfants. Enfin trois semaines de tranquillité, les premières depuis l’année dernière !

En fait, c’est l’unique période durant laquelle je peux souffler et ne penser qu’à moi. Finis les cris, les crises et les hurlements tout au long de la journée. Je redécouvre ce que le mot silence veut dire. J’appréhende toujours la période des vacances et de me retrouver en tête à tête avec les enfants. Combien de crises en perspective ? Et combien de contrariétés, d’accrochages ? Vivre seule 24 heures sur 24 avec un enfant autiste et un autre hyperactif est difficile, voire pénible.

Alors quand l’exercice dure plus de trois semaines, je vous laisse imaginer dans quel état je termine les « vacances ».

Tout simplement au bord de la crise de nerfs.

Certains trouveront certainement que je suis égoïste et que je ne pense qu’à moi. Peut être.

J'essaye de m’occuper aussi bien que je le peux de mes enfants, en leur consacrant un temps de plus en plus important mais je m’épuise au fil des ans, incapable de récupérer complètement durant les vacances. C'est vrai que de temps en temps, la machine déraille, spécialement pendant les grandes vacances.

ete-2010-361.jpg

Cette année, nous avons voulu innover en passant une semaine en Lozère : Axel voulait visiter les grottes, ce qui était une bonne idée. Le revers de la médaille, c’est qu’Adam s’est retrouvé dépaysé dans une gîte qu’il ne connaissait pas et en bon autiste, il n’a pas supporté le changement.

De l’agitation, il est passé aux crises, de plus en plus fréquentes. Rapidement, il est devenu insupportable, me tripotant les cheveux à tout moment, même la nuit, sûrement pour déstresser, à tel point que j’ai dû sévir. J’ai fini par espérer que la semaine se termine au plus vite.

Notre calvaire n'a pas pris fin pour autant lors de notre départ de Lozère. Arrivés chez ma sœur, Adam a commencé à parler en boucle de Mario car il voulait jouer à la Nintendo 64 qui se trouve chez elle. Nous étions tous dans un état qui frôlait la fureur. D’un commun accord, car nous craquions tous, mon neveu a fini par installer la console sur une petite télévision, au premier étage, pour isoler Adam. Pendant deux jours, il a joué à Mario … et nous étions enfin tranquilles.

Et puis, lorsque nous sommes arrivés dans la maison de campagne, Adam s’est calmé. La connaissance exacte des lieux, l’absence de console, …, tout cela a fait qu’il est redevenu le petit enfant calme qu’il est le plus habituellement et qu’il avait été durant la première partie des vacances que nous avions passée à Tignes. Mais combien d’énervement et de stress entre temps ? Quel abattement en ce qui me concerne car si mon fils n’est même pas capable de passer une semaine dans un lieu qu’il ne connaît pas, quel peut bien être son avenir ?

Alors que faire ?

Se contenter d’aller dans des lieux qu’Adam parfaitement durant les vacances ? Je m’y refuse.

Ma vie, et celle d’Axel, ne pourra pas être systématiquement centrée sur Adam. Nous sommes des individus à part entière. Nous avons aussi notre vie à vivre. Il me faut donc casser cette rigidité tellement propre à l’autisme, en plus de tout le reste.

A présent, mon coup de cafard annuel est passé, mon énervement aussi. En y réfléchissant, il n’y a qu’une seule issue : faire progresser Adam suffisamment pour que cela ne se produise plus et qu’il devienne un adolescent, puis un adulte autonome et heureux de vivre.

Ce n’est pas l’autisme qui va gagner mais nous. Et quand ce jour sera arrivé, je me retournerai en arrière pour mesurer le chemin parcouru à travers les obstacles surmontés et rire de mes crises de nerfs passées !

Ma mission sera alors accomplie.

Publié dans Histoire de famille

Commenter cet article

virginie 08/10/2010 10:23


J'aime beaucoup ton message en même temps tu as raison (et tu n'est pas égoiste du tout tu as le droit de penser à toi et rien qu'a toi)
Je comprends que 3 semaines sans tes enfts ont du te faire du bien et je pense que c'est nécessaire pour toi pour que tu puisses tenir le CAP et te ressourcer élever deux enfts seule ayant des
difficultés ce n'est franchement pas simple....

Comme tu dis des vacances comme ça ce n'est pas une vie (je connais ce pu***** de problème aux changements) et pour la console tu as eu raison cela vous a permis de souffler (c'est vrai que quand
on cède un truc à nos enfts pour pouvoir souffler un peu et ne pas péter les plombs) ensuite on culpabilise car ils s'isolent dans leur petit intérêt et se retrouve dans leur monde mais, pas le
choix parfois c'est une question de survit pour l'enft mais, aussi pour nous ) pour éviter un pétage de plomb et pouvoir profiter un peu de sa famille ou des ses amis...
Tes vacances ont du être terrible ici aussi comme tu le dis si bien tout ne peut pas tourner autour de ADAM et tu dois faire ta vie et aussi Axel donc je comprends que tu veux y remédier à ce
problème...
Moi tu vois je n'ai plus le courage de partir en vacances (ne pas pouvoir faire de visites, ne pas pouvoir aller au resto, ne pas pouvoir aller en terrasse en plein été discuter avec des gens et
manger une glace (enfin pouvoir rien faire quand nous sommes loin de chez nous et voir toutes ces personnes profiter de leurs vacances je ne peux plus)
Sans compter qu'il faut gérer les colères, les troubles de sommeil et j'en passe moi je démissionne les vacances j'abandonne....
Mais il est vrai que moi je n'ai qu'un enft donc donc pas problème de fraterie à gérer...
Si j'avais deux ou trois enfts je serai bien obligé de partir car, je ne pourrai priver mes autres enfts de vacances et tout ne pourrait pas tourner autour de Thomas !!
Alors sincèrement je te comprends !!
Bon courage et n'oublie jamais que tu fais ce que tu peux pour tes enfts!

Bises


Cécile 09/10/2010 09:10



Merci Virginie. Je sais que pour toi aussi, les vacances c'est très compliqué avec Thomas. J'avoue ne pas avoir de solution sauf emmener Adam partout jusqu'à ce qu'il finisse par s'habituer à
changer d'endroits mais bonjour le stress. Ca fait un peu "passage en force" en plus mais quelle autre solution...