Bilan de la première année de CLIS

Publié le par Cécile

Souvent décriée et considérée comme une voie de garage par la plupart des parents, la CLIS a mauvaise réputation. Pourtant, je ne regrette pas du tout mon choix dans l’orientation d’Adam.

Certes, les débuts ont été compliqués, voire difficiles mais dans l’ensemble, je juge cette première année très positive.

portableNokia 017

Schématiquement, l’année scolaire d’Adam doit être divisée en deux périodes.

Durant la première partie de l’année (septembre à mars), Adam était seul en classe avec sa maîtresse et l’AVS co. Peu de travail scolaire car beaucoup de difficultés de comportement ont été observées, mais il faut dire que tout était différent de l’école maternelle, notamment rester assis à la table la majeure partie de la journée et travailler quand la maîtresse le demandait, c’est-à-dire presque toute la journée à l’école élémentaire …

Pour autant, Adam a nettement progressé dans le domaine de la socialisation, au point de devenir la mascotte de l’école. Il a fréquenté la cantine toute l’année.

Il a également participé à toutes les sorties ainsi qu’au projet poney de la classe et a réussi à surmonter sa peur pour accepter de monter sur sa monture en fin de cycle !

C’était une grande nouveauté pour Adam : ne jamais être exclu de la moindre activité organisée par la maîtresse (et il y en a eu beaucoup) alors qu’à l’école maternelle, on m’avait gentiment fait savoir à plusieurs reprises qu’Adam ne pouvait pas aller à tel ou tel endroit, faute d’accompagnement … L’enseignante a composé avec toutes les difficultés spécifiques des enfants de sa classe, allant même jusqu’à les emmener en classe de mer une semaine ! Peu aurait fait de même.

Qu’est-ce qui a décidé l’équipe éducative à recourir à une accompagnante individuelle pour Adam ? Le fait que certains problèmes de comportement, gênants pour la classe persistaient, en particulier des cris stridents, à l’école comme à la maison (ils ont duré des mois) et le fait qu’Adam a toujours besoin d’être étayé dans ses apprentissages scolaires et recadré dans certaines de ses façons d’agir. L’AVS co ne pouvait pas non plus passer tout son temps avec Adam.

Au mois de mars, une accompagnante, formée à l’autisme et supervisée par une psychologue référente, est donc venue dans la classe pour aider Adam dans le cadre des activités demandées par la maîtresse. La deuxième période de l’année s’est ainsi ouverte.

Premier bilan positif de cette aide : les progrès au niveau des apprentissages et la reconnaissance de ses compétences. L’accompagnante d’Adam a décomposé, les consignes de travail pour permettre à Adam de faire l’activité, en se retirant progressivement jusqu’à l’autonomie complète quand cela était possible. Il s’en est suivi une progression de ses compétences scolaires.

Il a enfin acquis des repères temporels : il sait que la semaine se déroule du lundi au dimanche et lorsqu’on lui demande quel jour nous sommes, il est capable de répondre (jour, mois et année), de préciser quel était le jour, la veille et quel sera le jour, le lendemain. Il sait aussi que l’école est régulièrement interrompue par des vacances et que les saisons se succèdent. En revanche, il donne des réponses aléatoires quand on lui demande en quelle saison tombe la neige (réponse d’Adam, l’été !). La compréhension sera l’un des principaux points à améliorer au cours de l’année 2011/2012.

Au niveau des échanges, son accompagnante a systématiquement exigé d’Adam des phrases complètes et non de simples réponses incomplètes, baragouinées la plupart du temps. Obliger Adam à verbaliser intégralement en regardant son interlocuteur n’a pas été une mince affaire, cela a souvent provoqué des crises mais c’est maintenant un acquis et son langage a nettement progressé sur le plan grammatical et de la conjugaison.

Les comportements problématiques ont été analysés pour les éradiquer. Certains n’ont pas disparu et il faut poursuivre le travail l’année prochaine mais finis les cris ! Si Adam n’est pas content (ce qui peut arriver à tout le monde), il doit le faire comprendre en s’exprimant.

Enfin, Adam a participé à plusieurs ateliers de la pause méridienne : le sport collectif (arrêté car son accompagnante s’est cassée les côtes en dehors de l’école), le dessin et la mosaïque. Seul, il n’aurait pas pu y aller alors que cela lui a beaucoup apporté : il est rentré en contact avec d’autres enfants de l’école et a compris ce qu’on attendait de lui. Il a surtout pris plaisir à travailler dans l’atelier mosaïque pour me faire un superbe miroir.

Point d’orgue de l’année : chanter avec ses copains de la CLIS et les élèves de CM2 sur le thème de la mer, au cours d’un spectacle devant les familles. Il a trituré son tee shirt dans tous les sens mais il est resté dans le groupe jusqu’à la fin et a chanté.

L’année dernière, dans les mêmes circonstances, il avait tenté de fuir l’estrade et avait fini par crier jusqu’à la fin du spectacle… C’est à ces petites choses que je mesure les progrès parcourus en un an.

L’année prochaine, Adam poursuit sa scolarité en CLIS, avec le même accompagnement, jugé très positif par son enseignante.

Publié dans Scolarité

Commenter cet article