A l'école de la République (3) : la descente aux enfers

Publié le par Cécile

J’aborde la rentrée en moyenne section plutôt sereine puisque la deuxième petite section d’Adam s’est bien passée. La maîtresse, Madame X., est nouvelle sur l’école mais enseigne depuis longtemps.

Adam fait sa rentrée en même temps que les autres enfants lorsque j’apprends le jour même que M., son AVS, a plusieurs examens à passer, il retournera donc en classe une semaine plus tard. Ce n’est pas trop long, nous faisons avec cet impondérable, ma mère et moi.

L’enseignante est très enthousiasmée à l’idée d’accueillir Adam et M., elle est pleine de projets pour la classe qu’elle expose sommairement lors de la réunion de début d’année avec les parents. Tout s’annonce bien.

En fait d’actions, c’est une mise à l’écart d’Adam qui va débuter quasi instantanément et de façon continue pour arriver à la rupture en mars 2009. Des petites phrases sur le comportement d’Adam, nous passons rapidement aux réflexions désobligeantes envers M., l’AVS, la dame qui va chercher mon fils le midi deux fois par semaine et bien sûr moi-même pour arriver à la question de l’intérêt de scolariser un enfant autiste tel qu’Adam.

A peine quatre semaines après la rentrée, la Directrice m’appelle un midi pour me dire qu’Adam a été très difficile à la cantine et qu’elle souhaite me voir avec la maîtresse le plus vite possible (en réalité, la demande émanait de l’enseignante). Rendez-vous est donc pris … pour le lendemain matin ! J’ai un mauvais pressentiment et je demande au papa d’Adam de venir avec moi, ce qu’il accepte.

Très vite, le ton est donné par la maîtresse. En vrac, elle nous expose qu’Adam est incapable de rester à l’école, qu’il faut envisager au plus tôt un IME dans lequel il sera très bien ( !), qu’en attendant, le mieux serait de baisser son temps scolaire (Adam est toujours à temps plein), ce qui ne sera pas gênant puisqu’il n’a pas d’objectif pédagogique !!! Je vous laisse imaginer l’effroi dans lequel je me trouvais en entendant cela. Je rappelle poliment à la maîtresse que l’objectif d’apprendre « à vivre ensemble » était celui du premier PPS, qu’il faut maintenant penser aux apprentissages. Je maintiens mon souhait de voir Adam finir sa scolarité en maternelle. Comme cela relève de la responsabilité de l’équipe éducative, puis de la MDPH, nous en restons là. La maîtresse obtient quand même l’exclusion immédiate d’Adam de la cantine, qu’elle qualifie de « temporaire » (renseignement pris, c’est totalement illégal, c’est la Mairie qui est maître des inscriptions).

ecole2009-067.jpg

Bien entendu, le « temporaire » va durer des mois et des mois. J’ai un week-end pour trouver une solution qui s’avère d’autant plus compliquée que la dame qui prend Adam deux fois par semaine le midi ne veut plus continuer : elle en a marre des réflexions à la noix de la maîtresse et ne reprendra jamais son poste. Je dois la licencier pour abandon de poste… C’est donc ma mère qui gérera Adam tous les midis et quand elle sera prise, son père et moi. Très pratique quand les deux parents travaillent à PARIS !

Manifestement peu satisfaite de cette situation (Adam reste toujours dans la classe 24 heures par semaine), la maîtresse attaque sur un autre angle, celui de mes relations avec M. que je connais bien puisqu’elle est l’AVS d’Adam depuis 1 an et demi. Ne pouvant interdire à l’une et à l’autre d’écrire sur le cahier de liaison pour décrire ce qu’Adam fait la journée et le week-end, elle m’annonce un beau matin que notre relation est trop fusionnelle !!! « Il y a un cadre dans l’Education Nationale et je vais me charger de vous le rappeler à toutes les deux », me dit-elle (très malin de dire cela à un avocat). Interdiction nous est faite de parler ensemble d’Adam … Ce qui était stupide puisque nous avions nos numéros de téléphone mais je vous laisse imaginer l’ambiance. Je suis navrée pour Adam et M. qui doivent supporter une atmosphère absolument détestable pendant les 6 heures de classe.

Un nouvel incident va se produire en novembre. L’orthophoniste d’Adam, qui a une équipe éducative, ne peut assurer l’une des séances. J’envoie donc un fax à l’école (puisqu’il y a un cadre légal, je consigne tout par écrit depuis plusieurs semaines) pour préciser qu’Adam sera présent toute la matinée du lendemain en raison de l’absence de l’orthophoniste. La Directrice m’appelle vers 16 heures 40 à propos de ma télécopie. Après lui avoir réexpliqué le contexte (à l’école maternelle et primaire, le Directeur n’est pas le supérieur hiérarchique de l’enseignant), je lui confirme la présence d’Adam le lendemain matin. Elle me répond qu’en principe, Adam a orthophonie et que l’école n’est pas responsable de l’annulation de la séance.

Là, la moutarde me monte au nez car je comprends bien le but de l’opération, surtout que j’entends la voix de la maîtresse au loin. Cela m’étonnait de la part de la Directrice qui n’avait vraiment pas l'habitude d'avoir de tels comportements mais bon, puisque la maîtresse envoie très élégamment les autres au charbon, c’est la Directrice qui prend mon mécontentement en pleine figure. Je conclus la conversation par « Les règles du jeu changent, j’en prends acte » et je lui raccroche au nez, très en colère. La Directrice essaiera de me rappeler en boucle jusqu’à 18 heures. Je finis par passer mon téléphone au papa d’Adam que j’ai tenu informé et qui est venu me rejoindre car je suis encore folle de rage. D’emblée, il dit à la Directrice que je refuse de lui parler car je suis en colère (ambiance !). Finalement, il ressort de la conversation qu’elle a repris tout le dossier d’Adam, glané différents renseignements et que l’école accueillera bien Adam toute la matinée le lendemain. Elle s’excuse.

Vis-à-vis de la maîtresse, c’est terminé. Je sais désormais à quoi m’en tenir et l’équipe éducative qui se tient le 22 janvier 2009 ne fait que confirmer sa volonté de demander une diminution du temps scolaire. Les problèmes de comportements sont mis en avant, la violence d’Adam dans la cour de récréation également ; selon elle, il est incapable d’entrer dans les apprentissages et ne sait utiliser que de la pâte à modeler. Comme nous sommes arrivés en nombre à l’équipe éducative (orthophoniste, psychomotricienne et psychologue) et que nous avons une vision diamétralement opposée de celle-ci, la réduction du temps scolaire n’est finalement pas envisagée. Je ressors de cette réunion en me disant que la fin de l’année sera bien longue …

ecole2009-146.jpg

De fait, la rupture définitive va intervenir quelques semaines plus tard, en mars, lorsque je recevrais l’évaluation scolaire d’Adam. En résumé, il ne sait rien faire, ce qui n’est pas une surprise ; mais ce qui me met en rogne, c’est que toutes les rubriques qui pouvaient être renseignées (type, sait se repérer dans l’école, connait les différents adultes, …) sont vides et que l’AVS ignorait tout de cette évaluation. Quelques coups de téléphones plus tard aux autres parents de la classe et j’ai la confirmation qu’Adam est le seul dans cette situation. Je prends donc ma plume pour dire ce que je pense de ce document, en rappelant le cadre légal à la maîtresse, elle qui s’était targuée de m’en faire la réflexion (ça a été mon petit plaisir de l’année !). Evidemment, c’est le clash, l’enseignante refuse désormais de m’adresser la parole et ne me parle que par l’intermédiaire de M., l’AVS. Cela a donné lieu à des situations triangulaires totalement hallucinantes.

La fin de l’année scolaire devient rude, surtout lorsque j’apprends que M. démissionne à la fin du mois de mars. Mais comme je la comprends, passer ses journées dans une atmosphère aussi insupportable, il y a de quoi craquer et aller chercher ailleurs un autre travail. Je suis moi-même devenue très fragile car psychologiquement, c’est très difficile de ne pas plonger. Je pense à déscolariser Adam pour faire cesser cette situation douloureuse avant de renoncer à cette idée car c’était le but recherché. J’apprends quelques temps plus tard que la Directrice, qui avait demandé sa mutation, quittera aussi l’école...

La transition se fait sans trop de problème entre M. et la nouvelle AVS, K.. Adam accepte bien le changement et la seconde évaluation, réalisée en concertation avec l’AVS est nettement plus positive que la première. Mon courrier a porté ses fruits, c’est évident car Adam sait maintenant réaliser plusieurs activités … La maîtresse aurait même tendance à être excessive dans l’autre sens, ce qui ne vaut guère mieux. Nos relations sont de toute façon très tendues. Ce qui est quand même certain, c’est que dans ces conditions de scolarisation extrêmement défavorables, Adam aura encore beaucoup progressé, comme s’il avait voulu prouver à son enseignante qu’il n’était pas un débile profond mais bien capable d’accomplir des activités de plus en plus nombreuses.

Lors de l’équipe éducative du mois de mai 2009, la demande d’AVS est reconduite pour 24 heures par semaine. K, qui accomplit un très bon travail avec Adam, sera également présente à la rentrée pour la grande section.

Le dernier jour de l’année, je souffle enfin en déposant Adam à l’école. Ce soir, tout sera terminé. Je retrouve une amie dans le bus qui me demande si j’ai vu le mot dans le cahier de correspondance. Comme l’aurais-je vu ? Depuis le début de l’année, je n’ai presque aucune information, pas de cahier. Adam était un élève de seconde zone. Alors que j’étais la première élue de l’école, je ne recevais pas toujours les convocations pour les conseils d’école (la Directrice avait un jour retrouvé par hasard ma convocation qui trainait dans la classe de la maîtresse …). « Tu ne sais pas alors, Madame X. est nommée Directrice de l’école ! ».

Le cauchemar continue.

Publié dans Scolarité

Commenter cet article

Christine Marcandier-Bry 06/10/2010 21:55


Chère Cécile,
Je savais que cette année de MS avait été difficile. J'étais loin de mesurer à quel point... Tu as eu, vous avez eu, tous, un sacré courage !
Je lis la suite ;) et t'embrasse. Bisous à Axel et Adam, on espère vous voir très vite !


Coralie 16/09/2010 14:58


Ouah quel parcours, nous avons eu quelques déboires chez nous mais pas comme ça Dieu merci!
Mais chaque rentrée est une épreuve pour les familles, tant de doutes sur les personnes qui vont accueillir nos enfants, comment va se passer cette nouvelle année... C'est usant!
Bravo à Adam pour ses progrès malgré tout çà!


virginie 15/09/2010 19:52


J'ai tout lu sur l'école de la République et bien que dire?????
Comme tu dis si bien à la fin le cauchemard continue.........

Je suis outrée des propos de l'instit mais, pour te dire j'ai vécue également un enfer pdt plusieurs années quand Thomas était encore scolarisé !!!un calvaire aussi et moi j'ai pas eu le soutien de
sparnets puisque Thomas était agressif alors je te laisse imaginer en plus première scolarisation en septembre 2002 donc la loi du 11 février 2005 est arrivée longtemps après!!!!

Bon courage mais quel parcours ............


Cécile 15/09/2010 22:04



Je te rassure Virginie, cette année aura été la pire. Mais c'est vrai qu'Adam, contrairement à Thomas, a pu bénéficier directement de la loi de 2005 puisqu'il a été scolarisé juste après... Ca
change beaucoup de choses, c'est évident.



Agnès Chabot 15/09/2010 14:13


Grande année, 2008-2009. Ce n'est pas cette institutrice qui sortait fumer en laissant l'AVS d'Adam lire des histoires à toute la classe ?
Finalement, c'est un sacré costaud le jeune Adam, rien ne l'arrête pour faire des progrès ! Espérons qu'il saura passer l'éponge, car avec son "comportement violent et asocial", s'il rencontre la
maîtresse dans la rue quand il aura 18 ans, elle n'aura plus qu'à prendre ses jambes à son cou :-)


Cécile 15/09/2010 14:47



Si, si, c'est bien cette maîtresse ... Elle aurait pu faire beaucoup de dégâts vis-à-vis d'Adam mais ça n'a pas été le cas, heureusement.